Vida é a tua, tudo te sai bem
Criada na rua, no vale quem tem
Hoje se insinua na coluna social
Cara no jornal como se fosse alguem
Em sociedade não lhe falta
Quem lhe agrade, quem lhe gabe
Mas no meu samba você é sempre aquela
Que a gente sabe

Com a simpatia envolvente
Dos malandros veteranos
Somou quatrocentos anos
No pedigree do orfanato
E é hoje o retrato da mais alta
Burguesia institucional
Marido da ordem de malta
Da cruz de grande oficial
Seu sucesso em letra miúda
Na enciclopédia nao cabe
Mas no segredo do meu samba
Ainda prefere ser aquela
Que a gente sabe
Que a gente sabe.


paulo vanzolini vida é a tua

Paulo Emílio Vanzolini est né le 25 avril 1924 à São Paulo.
Fils d'ingénieur,il a suivi des études scientifiques qui lui ont permis d'être un zoologue réputé et reconnu sur le plan mondial.
Etudiant,il fréquentait les nuits de bohème de São Paulo sur lesquelles il raconte des anectodes toujours croustillantes.
Son oeuvre musicale est relativement petite,seulement une cinquantaine de compositions toutes plus belles les unes que les autres.
C'est un personnage extrèmement attachant.
Son ironie est légendaire et toujours utilisée à bon escient.
C'est un homme qui possède de la morale,un exemple à suivre.


Ta vie à toi  (Paulo Vanzolini)

Ta vie à toi,tout te réussit;
élevée dans la rue,vaille qui vaille,
aujourd'hui tu t'immisces dans la rubrique des personnalités,
photo dans le journal comme si tu étais connue.
En société,il ne manque
personne pour te faire plaisir,pour te faire des louanges,
mais dans ma samba,tu es toujours celle
que l'on connait.

Avec la sympathie protectrice
des voyous vétérans,
tu as rajouté quatre cents ans
à ton pedigree de l'orphelinat
et tu es aujourd'hui le portrait de la plus haute
bourgeoisie  institutionnelle.
Mari de l'ordre de Malte,
de la croix du grand officier,
ton succès en lettre minuscule
ne tient pas dans l'encyclopédie
mais dans le secret de ma samba,
tu préfères être celle
que l'on connait,
que l'on connait.

Il est comme cela ,Paulo Vanzolini: en mode conteur,il raconte une histoire et on se laisse attendrir par le personnage jusqu'à avoir envie d'en connaître plus et d'inventer tout ce qu'il,subtilement,ne dit pas.Dans cette samba,c'est un provocateur de l'imaginaire,le propre du conteur.
Pour cela,il choisit un personnage qui est un ,une en l'occurrence,anti-héros;quelqu'un qui part du bas pour arriver tout en haut en passant par des méandres.Les méandres ,mêmes si elles sont tordues et tortueuses,ne sont qu'une simple péripétie sans importance.
Car le plus important,pour le conteur,c'est la vérité  qu'il voue à la perception de son héroïne.
Il ne croit pas un instant qu'une méandre puisse éloigner (changer) celle qu'il a connu.
Même dans les méandres les plus obscures,la lumière guidée continue à s'infilter pour trouver la seule voie possible,le passage vers la sortie.Et la samba se transforme alors en voyage initiatique.Les épreuves traversées,les étapes franchies sont seulement des allégories réprésentatives comme par exemple des médailles ou des décorations (l'ordre de Malte et la croix du grand officier ).Tout cela sert de prétexte à la quête de la vérité.
Oui,cette samba,sans avoir l'air d'y toucher analyse quelques méandres disparates de l'existence
et montre leur limite rationnelle.
Une histoire simple mais une grande histoire,comme son auteur!

Pour voir et écouter:

Pour télécharger:

http://www.mediafire.com/?74sf3phd119bb43