A cigarra e o samba (Luiz Carlos da Vila)

Que bom ser é a cigarra
que está sempre a anunciar
bom tempo, se de lá vem chuva,
ou o tempo é uma uva pra gente nadar.
a solidão e a farra
narra ela em seu cantar
o tempo de sol ou de chuva
cai como uma luva pra gente sambar.

Em algum lugar do planeta
a cigarra canta (todo dia)
o samba não é um cometa
é o sol que abrilhanta (todo dia)
e desafia ao cantar
em tempo de pouca alegria;
se é pra morrer, morrerá com melodia
desata esse nó da garganta
e imita a cigarra, meu compadre
o samba suplanta,
é o vinho que bebe o herege e o frade.

E todo dia em louvor
com arte-mãnha ele invade
se é pra viver, viva a felicidade!


luiz carlos da vila a cigarra e o samba

Luiz Carlos da Vila ,de son vrai nom Luiz Carlos Baptista (21 juillet 1949,Rio de Janeiro-20 octobre 2008).
C'était un compositeur et interprète,membre du cercle des compositeurs de  l'école de samba " Vila Isabel" avec laquelle il remporta le carnaval en 1988 grâce à :"Kizomba, a festa da raça".
Il était aussi musicien,ayant étudié l'accordéon et la guitare.
Dans les années 70,il participa grandement à la divulgation et au succés d'un bloc de sambistas connu sous le nom de "Cacique de Ramos" et par lequel sont passés tous les plus grands sambistas actuels.
Il y avait dans ses sambas une sophistication et une spiritualité qui faisaient son originalité.


La cigale et la samba  (Luiz Carlos da Vila)

Que c'est bon d'être une cigale
qui est toujours en train de prévoir
du beau temps,si la pluie arrive de là-bas
ou si le temps est de la partie pour aller nager.
La solitude et la fête,
elle raconte dans son chant,
le temps du soleil ou de la pluie
sied comme un gant pour aller danser la samba.

A certains endroits de la planète,
la cigale chante(tous les jours)
la samba n'est pas une comète,
c'est le soleil qui fait briller
et incite à chanter
en période de peu de joie;
si c'est pour mourir,tu mourras en mélodie,
délie se noeud dans la gorge
et imite la cigale,mon pote,
la samba prend sa place,
c'est le vin que boivent le renégat et le frère.

Et tous les jours dans ses louanges,
en-douce,elle envahit;
si c'est pour vivre,que vive le bonheur!

 (Un grand Merci à mon ami Valter pour les paroles de cette samba)

Si la samba était un animal,elle serait une cigale ivre d'un divin nectar capable de révéler le sens caché des choses dans sa dimension artistique.
Cette cigale n'est pas aussi oisive qu'il n'y paraît puisqu'en plus d'occuper le temps et l'espace,elle prend ses aises dans l'esprit qui entreprend.
La cigale est un animal à incitation multiple alors que la samba est une musique simpliste contemplative.
Inciter à la contemplation ne peut nuire  à une quelconque réputation qui justement représente le point faible de l'oisive cigale.
C'est précisèment sur ce point que l'analogie de Luiz Carlos da Vila est intéressante.
La cigale et la samba souffrent des mêmes maux,en particulier celui de la mauvaise réputation et de la désinvolture,qualifiés à tort d'état d'ébriété.
Pourtant chacune des parties d'un mal possède aussi un autre côté que l'on qualifie parfois vulgairement d'un bien pour un mal ou inversement.
Ce bien,essentiel, peut parfaitement prendre la forme d'une vérité qui aide à prendre conscience que la vie parfaite n'est pas un but en soi.
Chaque vie a sa propre vérité mais à la fin toutes les vérités,qu'elles soient bonnes ou mauvaises, se rassemblent dans la création pour se confondre dans l'extinction.
La mauvaise réputation ne cherche pas aveuglèment la vérité(comme la bonne réputation),elle la rencontre dans la relation qui existe entre une oeuvre et un artiste ou pour produire une métaphore entre un matériau et un maître façonnier.
Le verre et le maître verrier unissent leurs forces et se mettent à l'oeuvre pour fabriquer et créer un contenant.
Cependant,le maître verrier sera le seul à éprouver l'orgueil et la joie de sa création sans que cela soit au détriment du verre,car la vérité de chacun est différente.Chacun possède son propre souffle.
Comme le verre et son maître verrier,la cigale et la samba travaillent de concert et se retrouvent dans la même abondance de création joyeuse,la seule différence notoire se situant dans le niveau de conscience respective qu'ils possédent l'un et l'autre.
En somme,travailler et danser la samba,c'est compatible ...s'il s'agit d'un plaisir partagé.

Pour voir et écouter:

Pour télécharger:

http://www.mediafire.com/?u6kvvbswf63vyzs